Art.80. Suite à la forte mobilisation Agnès Buzyn à annoncé une pause dans la réforme


Commentaires (0)

Cet article a été publié par Groupe Web92.

Agnès Buzyn à annoncé voici quelques jours, une pause dans la mise en œuvre de la réforme des transports sanitaires

A Paris, mobilisation d'ambulanciers le 03 Décembre 2018. Boris Allin Hans Lucas pour Libération
La ministre suit la recommandation d'un rapport de de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas), après la mobilisation de centaines d'ambulanciers inquiets pour leur avenir.

Agnès Buzyn annonce une pause dans la mise en œuvre de la réforme des transports sanitaires
La réforme du financement des transports sanitaires, contre laquelle des centaines d’ambulanciers ont manifesté à plusieurs reprises à l’automne, va être mise en pause, a annoncé ce mardi la ministre de la Santé Agnès Buzyn. La ministre suit ainsi les préconisations de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas), à qui elle avait commandé un rapport en décembre pour répondre aux «difficultés» exprimées sur le terrain, notamment de la part des petites sociétés d’ambulances.

Début novembre, 700 ambulances avaient bloqué le périphérique parisien, lançant une série de manifestations dans la capitale. Blocages et opérations escargot ont également eu lieu à Strasbourg, Marseille, Bordeaux et Lyon.

Présenté vendredi aux acteurs du secteur, le rapport «ne remet pas du tout en cause l’opportunité de la réforme, au contraire, mais il montre que la mise en forme peut être améliorée», a affirmé la ministre lors de ses vœux à la presse. «Nous allons aujourd’hui faire effectivement une pause» et «travailler avec les services (...), avec les transporteurs pour améliorer les points de mise en œuvre qui posaient problème», a-t-elle annoncé. «Nous allons reprendre dans les semaines qui viennent cette réforme, évidemment avec les modulations qui auront été apportées», a assuré Agnès Buzyn. «Cela ne devrait pas durer des mois non plus parce que nous avons besoin de cette réforme», a-t-elle insisté.

Les doutes de la fédération hospitalière de France
La réforme en question a été introduite par l’article 80 du projet de budget de la sécurité sociale pour 2017 (voté sous le quinquennat Hollande) et est entrée en vigueur le 1er octobre 2018. Elle transfère le financement des transports inter-hospitaliers, jusqu’alors dévolu à l’Assurance maladie, directement aux établissements hospitaliers, qui choisissent leurs ambulances par appel d’offres, y compris les ambulances privées, auparavant réservées par les patients. Elle menace ainsi, selon ses détracteurs, les petites et moyennes structures du secteur au profit des grands groupes.

De son côté, la Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux, s’est interrogée lundi dans un communiqué sur «la faisabilité de la période transitoire de "pause"» préconisée par l’Igas. «La FHF ne pourra accepter que pour maintenir coûte que coûte une réforme calamiteuse (...) l’incertitude et la désorganisation persistent pendant une période indéterminée», a-t-elle prévenu, exigeant une «sécurisation juridique et financière totale pour les établissements».

Source: Libération

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de Accueil ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Art.80. Suite à la forte mobilisation Agnès Buzyn à annoncé une pause dans la réforme.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.