Catherine Perret, secrétaire confédérale CGT : « Une réforme des retraites extrêmement violente »


Commentaires (0)

Cet article a été publié par CGT.

Catégorie : La RETRAITE

La secrétaire confédérale de la CGT fustige les orientations de la future réforme des retraites, qui introduit un système par points et devrait conduire à une baisse générale des prestations versées.
Interview de Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT. Cet interview a été réalisé initialement pour le magazine : lamarseillaise.fr le 18 juillet 2019 ../...

Dans le flou qui entoure le rapport remis ce jeudi 18 juillet 2019 par Jean-Paul Delevoye, Catherine Perret voit une manière de changer complètement notre système de retraites. Elle craint qu’une grande partie de la population ne souffre de cette nouvelle réforme

La Marseillaise : Quel bilan tirez-vous des 18 mois de consultation sur le projet et comment envisagez-vous la suite ?
Catherine Perret : La concertation a été un moyen d’endormir l’opinion publique pendant des mois. Tout est resté très flou, il y a assez peu de choses précises qui ont été annoncées par Jean-Paul Delevoye et le gouvernement. C’est 18 mois de rencontres pour pas grand-chose.

Par exemple nous avons été réunis le 10 octobre pour une réunion multilatérale, mais il n’y avait rien à discuter, il n’y avait pas de négociation possible. Il n’a pas non plus été possible d’avoir autour de la même table les organisations syndicales, patronales et les représentants de M. Delevoye pour confronter les propositions. Mais ce sont les méthodes de ce gouvernement depuis le début. C’est comme si le gouvernement avait peur de révéler son projet de manière claire.

Il y a donc des inconnues ?
C.P. : Il y en a de nombreuses ! On ne sait même pas quels arbitrages seront présentés ce jeudi. Il y aura vraisemblablement encore beaucoup d’interrogations après jeudi. La principale inconnue reste surtout la valeur du point, puisqu’elle fluctuera selon la situation économique et l’espérance de vie, mais il y en a beaucoup d’autres. Par exemple, nous n’avons toujours aucune idée de la manière dont compteront les périodes de chômage dans le futur système.

On nous a aussi avancé l’idée que, pour les arrêts maladies, il y aurait une carence de 30 jours, en dessous de laquelle l’arrêt de travail ne serait pas comptabilisé pour la retraite. Cela nous pose de grosses inquiétudes, car ce sont de véritables armes de guerre. Ce sont les salariés les plus précaires et les plus fragiles qui vont être touchés, ou bien les femmes qui bénéficient d’un congé pathologique quelque temps avant leur congé maternité : il ne comptera plus pour la retraite. Mais pour l’instant, rien de tout cela n’a été acté.

Quelle serait la conséquence de toutes ces mesures ?
C.P. : Nous avons calculé qu’il pourrait y avoir une baisse de 10 à 30 % des pensions selon la situation des individus. C’est donc une réforme extrêmement violente pour la population : 90 % des gens seront perdants. De plus, avec un régime à points, l’âge légal de départ à la retraite n’a plus d’importance, puisque pour partir avec un taux plein, sans décote, on ne pourra pas partir avant 64 ans, c’est l’« âge pivot ».

Grâce à ça, le gouvernement peut continuer à annoncer qu’i l ne touchera pas à l’âge légal de 62 ans, or en partant à 62 ans, la décote sera d’environ 10 %. Plus d’un Français sur deux n’est plus au travail à cet âge-là. Il faudra donc qu’on nous explique comment travailler jusqu’à 64 ans alors que la majorité des employeurs mettent les gens dehors avant 62.

Plus largement, quelle est la logique qui sous-tend ce projet ?
C.P. : C’est une réforme purement budgétaire, au même titre que la réforme de l’assurance chômage avait pour but d’économiser 3,4 milliards d’euros. Cette réforme veut faire baisser la part du PIB consacré aux retraites, comme le recommande l’Union européenne, ce qui est plus facile en instaurant un système par points qui accélère la baisse des pensions.

À terme, cela ouvre grand la porte à la capitalisation pour compléter un régime de base devenu insuffisant. Or, évidemment, seule une partie de la population pourra se le permettre. Cela a déjà été préparé dans la loi Pacte le mois dernier, qui permet d’avoir des complémentaires retraites par négociations d’entreprises. C’est donc un changement de système complet, qui est aux antipodes du régime de sécurité sociale que l’on défend.

Quelles alternatives pour lutter contre cette réforme ?
C.P. : Nous la combattrons dans son ensemble, car nous sommes contre l’intégralité du projet à points et contre la fusion des régimes qui va nuire aux spécificités professionnelles. Par exemple, bon nombre de métiers seront touchés par la remise en question des départs anticipés, comme les aides-soignantes dans la fonction publique hospitalière.

Nous avons donc un contre-projet, qui serait financé non pas en baissant la part du PIB consacrée à la retraite mais en l’augmentant. Le financement passerait par trois grands blocs : l’augmentation des salaires, et notamment le respect de l’égalité salariale hommes/femmes, qui rapporterait environ 6,5 milliards d’euros ; la fin des exonérations pour les entreprises qui ne créent pas d’emploi et enfin la modernisation de la fiscalité du capital, notamment grâce à la taxation des Gafa qui doit selon nous profiter en partie à la sécurité sociale et la retraite.

Pour le moment, nous préparons une mobilisation pour septembre, avec FO, la FSU ou Solidaires, qui ont déjà annoncé leur opposition à cette réforme.
------------------
NOTE: Catherine Perret a également fait un excellent DOSSIER RETRAITE pour le LIEN SYNDICAL n° 495 d'avril 2019, le Bulletin d’Information de la Fédération CGT des Sociétés d’Études. Voici le PDF en lien: TÉLÉCHARGER le PDF

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

@

Acceptez-vous d'être contacté par les visiteurs de Web92 ?

Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Catherine Perret, secrétaire confédérale CGT : « Une réforme des retraites extrêmement violente ».

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez recopier le code de sécurité ci-dessous afin de confirmer que vous n'êtes pas un robot.