Présentation de la série + vidéo sur l'actualité du 25 mars 2015 (Acquittement)

Cet article a été publié par Jeffers G..

Une histoire vraie dont est adaptée la série avec Daniel Auteuil.. Retour sur l'histoire vraie extraordinaire dont elle est inspirée. Claude Arbona peut se vanter d'avoir tout réussi dans la vie. Il est heureux dans son mariage et a effectué une belle carrière. Or, son petit-fils va faire basculer sa vie lorsqu'il l'accuse de l'avoir violé... La série comporte quatre épisodes :
1 - La Chute
2 - L'Engrenage
3 - L'Impasse
4 - Le Dernier Combat

AVERTISSEMENT : Replay déconseillé au moins de 10 ans

Ci-dessus actualité du 25 mars 2015 sur l'Acquittement de Christian Iacono
--------------
activitéLa série « Le Mensonge » avec Daniel Auteuil, Victor Meutelet, Grégoire Bonnet et Charlie Bruneau, diffusé en octobre 2020 sur France 2, revient sur l'affaire Christian Iacono. Une histoire vraie qui a défrayé la chronique dans les années 2000 et que l'on vous raconte maintenant ! "Le 10 juillet 2000, à 9 heures du matin, ma vie s'est arrêtée." Ainsi débute Le Mensonge, le récit autobiographique de Christian Iacono adapté en série.
C'est Daniel Auteuil qui incarne avec brio ce notable de 65 ans accusé de viol par son petit-fils... Le livre de Christian Iacono semble encore disponible en ligne à la FNAC ou chez CULTURA
--------------
Une défense maladroite
activitéLe 10 juillet 2000, Christian Iacono, maire de Vence (Alpes-Maritimes) depuis onze ans, est convoqué par la police. Son petit-fils Gabriel, 9 ans, l'être qu'il chérit le plus au monde, l'accuse de viol. La machine judiciaire se met en route. Perquisition. Premier interrogatoire à la PJ de Nice. Les rapports des médecins et psychologues semblent étayer les accusations de l'enfant. Sidéré, Christian Iacono, qui encourt jusqu'à 15 ans de prison, se défend maladroitement. Trop instruit, trop calme, trop froid, il suscite l'animosité chez les policiers et les magistrats. Le présumé coupable sort effondré et découragé d'interrogatoires menés à charge. Sans preuves tangibles, le procureur requiert le placement en détention. Le voilà en cellule : l'ancien élu devient le détenu 11747.

Du mensonge au pardon
En 2009, Christian Iacono est condamné à neuf ans de prison, une peine confirmée en appel en 2011. Deux années pendant lesquelles il multiplie les demandes de mise en liberté, perd son mandat de maire et effectue au total près de seize mois de prison. Mais le 11 mai 2011, coup de théâtre : son avocat lui apporte la Une du journal Nice-Matin, qui titre "Mon grand-père ne m'a pas violé". Âgé de 20 ans, devenu père, Gabriel, qui s'est détourné de ses parents et grands-parents maternels et rapproché de sa tante, s'est rétracté. Le 18 février 2014, Christian Iacono obtient – fait rarissime – l'annulation de sa condamnation.

Lors du procès en révision qui suit, il supplie la cour de lui "restituer son honneur". Le 25 mars 2015, il est enfin acquitté. À plus de 80 ans. "C'est un grand moment d'émotion qui vient après quinze ans de calvaire", commente-t-il, ajoutant ces mots très forts : "Je ne lui en ai jamais voulu vraiment à Gabriel, je savais qu'il était prisonnier de son mensonge." Christian Iacono a pardonné. Devant les caméras, Christian et Gabriel échangent une longue étreinte, scellant l'amour indestructible de ce grand-père pour son petit-fils.